Contribuții la studiul ceramicii getice din Câmpia Română

Cercetări Arheologice 12, 2003, 199-230
https://doi.org/10.46535/ca.12.17



Contribuții la studiul ceramicii getice din Câmpia Română


Authors: Doina Șeclăman, Marin Șeclăman, George Trohani

Keywords: -

Abstract:

La Plaine Roumaine connaît entre le milieu du II-ème siècle av.J.C. et le commencement du I-er siècle ap.J.C. une explosion démographique. Dans les environ 500 établissements de cette époque on découvre une grande quantité de céramique. Pour essayer d’établir les sources de matière première, le niveau technologique atteint et les possibles transformations technologiques on a entrepris la présente étude. Pour cela on a analysé des tessons de vases céramiques provenant des établissements gètes de Borduşani, Popeşti, Vadu Anii et Vlădiceasca. Les résultats des analyses cristallo-optiques mettent en évidence, pour la plus grande partie des épreuves étudiées, un avancé degré de sortage et de travail du matériel lithique. Les observations structurele-texturales indiquent une texture de schiste uniforme déterminée d’un bon laminage. Pour une des épreuves de Vadu Anii les dimensions des granules du dégraissant sont uniformes, ce qui conduit à l’idée d’un criblage à l’aide de deux cribles, pour sélecter une certaine granulation. En ce qui concerne la température de cuisson elle est comprise entre 200o C et 900o C. Une seule épreuve céramique de Popeşti présente une composition minéralogique complètement différente de toutes les autres – il s’agit de la présence du quartz dans une proportion de 50%, du verre a 20% et des feldspaths potassiques et du plagioglase en proportion de 30%. Tout cela démontre le fait que la matière première ait été obtenue par le broyage de roche quartzo-feldspathique et du mélange de ce détritus avec une argile blanche kaolinitique – a peu près du kaolin – qui cuit à 1100o -1200o C, ce qui prouve une technologie avancée. En ce qui concerne les sources de la matière première il y a des différences. Ainsi, pour cinque épreuves de Vadu Anii et Popeşti la présence du minéral albite avec des inclussions d’épidote indique comme sources des roches des Carpates Méridionales – le bassin supérieur de l’Argeş et de la Dâmbovitsa, au sud des massifs Leaota et Iezer. Deux autres épreuves de Vadu Anii par la présence de fragments de roches volcaniques (volcanites) et pyroxènes indiquent les régions volcaniques des Carpates Orientales. En échange, à Borduşani où on a découvert, en petite quantité, une céramique travaillée à la main, d’une pâte grossière, avec des nodules de calcite – fragments de coquilles de mollusques – l’étude cristallographique montre un rapport égal entre la masse argileuse (matrice) et le dégraissant, ce qui prouve un très bas niveau de triage. La température de cuisson ne dépasse pas 300o -400o C. Et la présence des pyroxènes, du staurolite et du grenat indiquent les couches néozoïques précuaternaires centralecarpatiques. De même, à Borduşani il y a aussi des vases tournés, ayant une pâte fine, homogène, caractérisées par un haut niveau de triage et de travail du matériel lithique, l’argile étant dans son tout la matrice. La température de cuisson dépasse 550o C. La matière première est commune.

Download: PDF


How to cite: Doina Șeclăman, Marin Șeclăman, George Trohani, Contribuții la studiul ceramicii getice din Câmpia Română, Cercetări Arheologice, Vol. 12, pag. 199-230, 2003, doi: https://doi.org/10.46535/ca.12.17


Creative Commons Licence
This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International License